Cellule paroissiale, oïkos…kezako ?

Imaginées par le pasteur Yonggi Cho dans une église de Séoul en Corée, en 1972, les cellules paroissiales d’évangélisation sont maintenant implantées dans de nombreuses paroisses du monde entier. Le principe est de rayonner dans son propre milieu de vie (associatif, professionnel, voisinage) – l’OÏKOS- pour in fine proposer une appartenance à la paroisse. Par le service rendu et la fraternité vécue en cel- lule, les gens se rapprochent de l’Église ou la découvrent.

Les cellules se retrouvent chaque semaine et orga- nisent leur rencontre en sept étapes :

  • Le chant et la prière de louange (15 mn)
  •  Le partage autour de deux questions : cette semaine, comment ai-je vu la grâce de Dieu dans ma vie et comment ai-je évan- gélisé ? (15-20 mn
  • Le partage autour de l’Évangile du dimanche pré- cédent et de l’homélie du curé (15-20 mn)
  • L’approfondissement de l’enseignement (tour de table animé par le leader ou co-leader)
  • Les annonces paroissiales (5 mn)
  • La prière d’intercession (10 mn)
  • La prière de guérison (à la demande d’un membre, le groupe prie pour lui).

Le Conseil pontifical pour les Laïcs a approuvé les statuts de l’Organisme international de service des CPE le 12 avril 2015.
www.cellules-evangelisation.org

1 mai 2017  //  Par :   //  À Ressons-sur-Matz, l'expérience des cellules paroissiales d'évangélisation  //  Pas de commentaire   //   104 Vues

Laissez un commentaire