Chrétiens et musulmans : comment vivre ensemble ?

Les 14 et 15 janvier dernier, le père Samir Khalil Samir* était invité par notre diocèse pour dispenser une formation sur l’islam. A Beauvais et Compiègne, deux soirées de formation grand public ont fait salle comble. A l’évêché, un enseignement approfondi a réuni 200 personnes durant deux jours. Extraits choisis sur la thématique de l’amitié et de l’annonce

« A nous chrétiens de créer avec les musulmans des liens simples basés sur le respect mutuel. On ne peut pas prôner le vivre-ensemble si on ne vit pas vraiment ensemble ! Il ne faut pas s’éviter pour fuir les problèmes, il faut les affronter, les réveiller pour les résoudre, apprendre à se parler, se comprendre. Vivre ensemble suppose d’avoir un minimum de principes et de normes communes, les choses doivent être claires dès le début. »

Tout se joue dans l’amitié

« Les musulmans doivent trou- ver en nous de vrais amis. Les paroisses peuvent être source d’initiatives pour faciliter les rencontres. Nous devons partir du principe que toute personne rencontrée est un frère potentiel. A chacun de passer de la poten- tialité à la réalité. Moi, chrétien, je dois le premier faire le geste de cette fraternité. Il n’y a pas d’autre voie ! Prenons l’habitude de dire bonjour aux gens que nous croisons. Dans la rue à Beyrouth, je saluais chacun. Même si la personne ne répondait pas, je n’avais rien perdu, j’avais gagné. Cela me change de l’intérieur. Si chacun fait ainsi, nous ferons avancer la société.

Par ailleurs, l’amitié vraie est une des réponses à la question de la radicalisation. Celui qui est seul et sans boulot aura vite fait de faire confiance au premier islamiste qui lui proposera un idéal à défendre. Nous devons être une alternative ! Et ce n’est jamais par l’affrontement que nous résoudrons les choses. »

Comment parler de Jésus ?

« Je vois deux pistes qui se complètent : l’une est de partir de certains passages du Coran qui évoquent Jésus et Marie, l’autre, la plus importante, est de partir de certains passages de l’Évangile.

Par trois fois dans le Coran, Jésus est présenté comme un « signe », un « prodige » pour les hommes (sourate 19 verset 21, sourate 21 verset 91 et sourate 23 verset 50). La figure du Christ dans le Coran est tout à fait exceptionnelle, hors du commun. Il est le Verbe. Nous pouvons dialoguer sur ce sujet avec les musulmans, évoquer le prologue de Saint Jean [Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu etc.]. Il est fondamental de commencer par présenter positivement la personne du Christ, sans utiliser cette expression pour nous habituelle de « Fils de Dieu » : pour un musulman, la génération –la filiation- est physiologique. De la même manière, en évoquant directement le mystère de la Trinité et de l’Incarnation, on risque de bloquer le dialogue. Sans jamais assener des réponses, nous pouvons poser des questions. »

Le sommet de l’Évangile : les Béatitudes

« Selon moi, le plus important est de regarder ensemble ce que propose Jésus dans l’Évangile. C’est un renversement de valeurs ! L’Évangile fait faire un saut spirituel. Les Béatitudes sont un sommet indépassable. A nous de faire percevoir l’extraordinaire message du Christ qui nous demande d’aimer nos ennemis ! C’est lorsque je suis désarmé que je suis fort : voilà ce dont nous pouvons témoigner. »

Propos recueillis par R. Villemain

*Jésuite égyptien, enseignant à l’université Saint-Joseph de Beyrouth, à l’Institut pontifical oriental de Rome et au Centre Sèvres à Paris.

Prendre contact

> Service diocésain des relations avec les musulmans : 03 44 54 10 93
> Chrétiens unis pour la paix : interreligieux-beauvais.jimdo. com
> Coexister : www.coexister.fr > Le Rocher oasis des cités : assolerocher.org

11 avril 2016  //  Par :   //  Chrétiens et musulmans : comment vivre ensemble ?, Diocèse  //  Pas de commentaire   //   878 Vues

Laissez un commentaire