Évangélisation « porte à porte »

Se former « sur le terrain » à annoncer Jésus

En 2015, le diocèse a organisé une journée sur la joie d’Évangéliser. J’ai eu un déclic. C’était quelque chose qui me tenait à cœur, il fallait que je sorte pour parler de Jésus. Comment faire ? Mon curé m’a parlé du porte à porte, il m’en a expliqué les rudiments, et nous sommes partis tous les deux, au cours de l’Avent 2015, dans les rues de notre village de Tricot. Nous en avons tiré beaucoup d’ensei- gnements ! La meilleure formation à l’annonce directe, c’est vraiment celle du terrain, ça ne s’apprend pas dans les livres. Nous venons dire ce qui nous amène de la manière la plus douce possible. C’est ainsi que l’on découvre ce que nos contemporains perçoivent de la religion, de l’Église. À nous de les rejoindre sur leur chemin, de nous mettre à la portée de ce qu’ils attendent. Il faut être bien conscient que de nombreuses portes ne s’ouvrent pas, et que d’autres se referment très vite. On ne peut pas dire qu’on va cueillir un fruit. Dans le domaine de l’évangélisation directe, on peut certes acquérir un certain savoir-faire, mais c’est toujours la Providence qui fait beaucoup. La grande leçon, c’est d’arriver à faire parler les gens et d’être le moins maladroit possible. Et pour cela on a besoin de l’Esprit saint. 

Pierre Minart
Paroisse Saint-Martin du Plateau Picard

11 avril 2017  //  Par :   //  Avec la vitamine C, se former pour transmettre à son tour  //  Pas de commentaire   //   226 Vues
Articles relatifs

Laissez un commentaire