Kérygme – Le mot de la foi

À l’origine, le kérygme désignait une proclamation à voix haute. En christianisme, cette annonce en vint à exprimer le contenu fondamental de la foi : Jésus Christ est le Fils de Dieu mort sur une croix puis ressuscité. Les chrétiens en rendent témoignage et ils appellent à se convertir à lui. Le pape François présente le kérygme comme la première annonce qui a un rôle essentiel dans l’évangélisation. Il invite à dire par elle : « Jésus-Christ t’aime. Il a donné sa vie pour te sauver, et maintenant il est vivant à tes côtés chaque jour pour t’éclairer, pour te fortifier, pour te libérer. » Cette annonce est dite « première » au sens qualitatif, « parce qu’elle est l’annonce principale, celle que l’on doit toujours écouter de nouveau de différentes façons et que l’on doit toujours annoncer de nouveau. (…) Il n’y a rien de plus solide, de plus profond, de plus sûr, de plus consistant et de plus sage que cette annonce. » Alors, qu’en est-il pour nous ? À quoi cette proclamation nous appelle-t-elle ?

Quelques témoins nous en parlent

  • Malgré ma peur et ma timidité,  j’ai répondu à l’appel de notre Pape et de la paroisse de L’Isle Crédit photo-Guy Emmanuel Cariot-2Adam : Je suis allée évangéliser (pour la première fois) dans la rue ! Avant de partir, nous avons prié l’Esprit Saint, le prêtre m’a bénie personnellement, et nous sommes partis deux par deux, pendant que d’autres frères et sœurs restaient prier, devant le Saint Sacrement, pour nous et pour ceux que nous allions rencontrer. J’ai été très touchée par l’écoute et l’accueil reçus : leur soif de parler de leurs souffrances, de Dieu, de leur chemin plus ou moins éloigné. Beaucoup ont été directement touchés par la Parole reçue. Nous sommes revenus avec leurs intentions de prière  remplis  de leurs sourires et leurs mercis. Et le plus beau des cadeaux a été cette joie profonde reçue dans nos cœurs : véritable don du Seigneur qui nous rend au centuple ! Joie de témoigner, de parler de Jésus, d’avoir osé faire ce pas pour Lui ! C’est l’adversaire qui nous laisse dans la peur : il y a juste un petit pas à faire, celui de la confiance : croire que nous ne sommes pas seuls et expérimenter que, portés par la prière des autres, l’Esprit Saint ouvre les cœurs et nous donne de dire une parole qui touche. Essayez ! Osez ! Notre Seigneur vous comblera de Sa joie profonde !!
Marie-Françoise (paroisse de Chambly)

 

  • Gertrude a participé aussi à la mission de l’Isle Adam. D’abord, elle s’est engagé à porter les missionnaires devant Jésus au Saint Sacrement de 17h00 à 19h00 du Dimanche au samedi. Puis, quand elle a entendu les témoignages de ceux qui revenaient et leur joie, elle est partie le mardi dans les rues avec Corinne. Elle est heureuse d’avoir partagé sa foi : « malgré les quelques rares cailloux qui ne voulaient rien entendre de la religion, mais leurs épouses étaient catholiques. » Un a été touché par cette Parole : « Je ne suis pas venu pour juger mais pour sauver. »

 

  • Une fille  cherchait son chemin pour choisir sa religion, elle n’avait aucun renseignement. Après la rencontre, elle est allée à l’église pour prier et allumer une bougie.

 

  • Cela faisait 14 ans que je n’avais plus expérimenté de l’évangélisation directe dans les rues, à cause de l’important ministère en paroisse et les conditions humaines des lieux s’y prêtaient moins. J’étais très heureux dans le Seigneur de retrouver ce mode d’évangélisation. Peu à peu la confiance dans le Seigneur m’a gagné à nouveau. Cette démarche demande de l’humilité et également de l’amour pour le prochain. J’ai pu voir en maintes rencontres combien le Seigneur nous précède. Trois rencontres sur les trois soirées se sont vécues entre une demie heure et trois quart d’heure. Les échanges ont été profonds au sujet du Seigneur, de la foi et nous avons même fini avec certains d’entre eux par la prière et ma bénédiction de prêtre. J’ai constaté chez les personnes beaucoup de désir de paroles de consolation, d’espérance et de soutien spirituel accompagné de grandes souffrances et d’un très grand isolement. La majorité des personnes étaient accueillantes à notre proposition à côté de quelques rares personnes refusant le contact. Merci Seigneur pour nos noms qui sont inscrits dans les Cieux (Luc 10,20).
Père Laurent

Crédit photos : Guy Emmanuel Cariot

15 septembre 2014  //  Par :   //  Les mots de la Foi  //  Pas de commentaire   //   1492 Vues

Laissez un commentaire