Pourquoi l’Eglise est-elle concernée par la commémoration de la grande guerre 14 – 18 ?

Ecartons d’abord cette idée que ce serait par simple conformisme et pour profiter de l’effet médiatique qui, nous n’en doutons pas, sera important. Commémorer c’est une donnée anthropologique fondamentale. La vie individuelle s’inscrit dans une histoire collective et, les traditions religieuses sont un élément important de la mémoire collective. « Commémorer c’est relier la raison à l’histoire ». (1)  C’est orienter la raison vers son objet puisqu’elle ne peut comprendre le monde que dans son histoire. La mission de l’Eglise est d’éclairer l’histoire dans sa totalité et en même temps elle y découvre le champ où elle se réalise. En mettant le Christ au centre de l’histoire, La théologie chrétienne propose une vision unitaire de l’histoire des hommes.

   L’Eglise place l’acte de mémoire au cœur de la foi. « Souviens-toi de Jésus Christ ». En affirmant une intention de Dieu sur l’histoire c’est le principe  d’un enchaînement des causes et des effets qui est posé, tout en assurant la liberté de l’homme face « aux logiques fatalistes, celles du hasard, celles de la prédestination ». (2)

   Commémorer c’est faire mémoire ensemble. « L’Eglise ne fait pas semblant de s’intéresser à l’histoire comme si elle n’avait à recevoir que de Dieu ». (3) C’est un problème central dans la conception chrétienne de la Révélation. Ce  n’est pas seulement un mouvement descendant. Il y a extériorité et intériorité et la Révélation trouve clairement sa signification dans ce double mouvement : la foi éclaire l’histoire dans sa totalité et en même temps elle s’instruit de l’expérience des siècles. Elle nous apprend d’abord à ne pas tomber dans les interprétations superficielles qui se parent si facilement des couleurs de la certitude. La guerre serait-elle la manifestation éclatante de l’impuissance humaine ? Non, même dans les moments les plus rudes l’affirmation de la foi contient toujours cette idée que l’homme dépasse les phénomènes.

François Bidart
Professeur de philosophie. Il a assuré des cours au séminaire d’Issy les Moulineaux
Paroisse de Ressons sur Matz

1. Mgr Ravel.  Mémoire chrétienne de la grande guerre.  P. 9  Documents Episcopat n° 3 / 2014
2. id. p. 14
3. id  p. 17

Pour aller plus loin

image_preview

  • Conférence de Mgr Luc Ravel le 10 octobre 2014 de 20h30 à 22h00 – Eglise ND de la Source (Compiègne) »A travers la vision chrétienne de l’histoire, retrouver les sources chrétiennes de la paix pour aujourd’hui, sous l’angle interreligieux »

 

5 septembre 2014  //  Par :   //  Centenaire 14-18, Dossiers  //  Pas de commentaire   //   1732 Vues

Laissez un commentaire