Le pèlerinage, une marche avec le Seigneur

Depuis la migration d’Abraham, le « père des croyants », jusqu’à la venue du Christ, en passant par l’exode, le peuple de Dieu est invité à marcher vers son Seigneur et surtout à marcher avec « Lui ».

Un pèlerinage est toujours une décision de quitter notre univers, nos protections, nos assurances, notre bien-être quotidien pour nous mettre à la suite du Christ dans l’inattendu de Dieu.

Quel bonheur de voir des pèlerins s’engager dans une aventure spirituelle marquante, à la fois individuelle et communautaire, dans une Eglise, famille de Dieu qui essaie d’être et de vivre en communauté de foi, d’espérance et d’amour.

Deux objectifs essentiels d’un pèlerinage

Le pèlerinage a également ce double objectif : de rejoindre en premier lieu, tous les chrétiens qui ont envie de plonger encore plus dans l’intimité avec leur Seigneur, de découvrir ou redécouvrir l’Histoire Sainte de notre Eglise et vivre une réelle fraternité avec d’autres semblables. Mais ces pèlerinages sont aussi le lieu de redécouverte de la foi ; permettre à des personnes qui cherchent de trouver Jésus sur leur route.

Les deux disciples l’entendirent prononcer ces paroles et ils suivirent Jésus. Jésus se retourne et voyant qu’ils le suivaient, il leur dit : – Que cherchez vous ?
Ils répondirent : – Rabbi, où demeures-tu ?
– Venez et voyez, leur dit-il.
Ils allèrent et virent où il demeurait.

L’enjeu pastoral est donc, à n’en pas douter, la rencontre avec le Christ, développer une intimité plus grande avec Lui et faire progresser chacun sur ce chemin.

La foi s’exprime toujours dans un lieu précis, un temps donné. Nous marchons dans les pas d’autres pèlerins, sur les pas du Christ. Nous entendons sur ce chemin Jésus nous redire : « Que veux tu que je fasse pour toi » (Mc 10-46). Chacun dans son histoire de foi peut-être rejoint là où il en est par le Christ. C’est donc pour cette raison que le pèlerinage ne peut en aucun cas devenir une randonnée touristique, une promenade de distraction, ni même un voyage d’agrément à caractère spirituel !

Il est avant tout une marche avec le Seigneur, un abandon, une entrée dans la confiance ; c’est une occasion de rencontre pour reprendre de nouvelles forces (1 Roi 19, 1-17).

Nous avons le devoir impérieux d’offrir aux âmes la possibilité des chemins de l’espérance. Oser croire, aujourd’hui, à un Dieu vivant qui marche à nos côtés. « Yahvé marchait devant-eux, dans une colonne de nuée le jour, pour les guider sur la route, et la nuit, dans une colonne de feu pour les éclairer » (Ex. 13, 20).

Le pèlerinage signifie bien une marche dans un autre « ailleurs », dans une dimension d’Eglise, avec d’autres chrétiens qui recherchent cette rencontre. Car c’est ensemble que nous grandirons sur ce chemin et que notre foi sera éclairée par « Celui » qui nous a précédé.

Marche, tu es né pour la route, celle du pèlerinage. Un autre marche vers toi et te cherche pour que tu puisse le trouver (1)

Gérard Kugelmann, diacre permanent
Responsable du service diocésain des pèlerinages

—-

(1). Pellegrini al Santuario. Libreria Editrice Vaticana. Edité suite au congrès mondial de la Pastorale des pèlerinages et des sanctuaires tenu à Saint Jacques de Compostelle en septembre 2010.

Crédit photo : Sanctuaires de Lourdes-Vincent

17 juin 2014  //  Par :   //  Diocèse, Le Pèlerinage  //  Pas de commentaire   //   1779 Vues

Laissez un commentaire