« L’Esprit saint n’est pas réservé aux gens bien ! » – Entretien avec le p. Emmanuel Gosset

A la Pentecôte, plus de 150 adultes de notre diocèse vont recevoir le sacrement de la Confirmation des mains de nôtre évêque, assisté de ses deux vicaires généraux. L’un d’eux, le père Emmanuel Gosset, nous parle de l’Esprit Saint.

Comment définiriez-vous le Saint-Esprit ?Père Emmanuel Gosset

La manière la plus simple serait de partir de l’épître aux Galates (chap.5, vers.22) qui décrit « le fruit de l’Esprit » : amour, paix, joie, patience, bonté, bienveillance, foi, douceur et maîtrise de soi. C’est un passage de l’Écriture qui pour moi a été très éclairant. Il m’a permis de comprendre que l’Esprit saint, c’est simple et accessible ! Tout baptisé peut en faire l’expérience pour peu qu’il soit attentif à cette présence en lui. « L’Esprit saint viendra sur toi », explique l’ange Gabriel à Marie.

Là où se trouve l’Esprit, le Christ se fait chair, grâce au consentement éclairé de celui ou celle qui le reçoit. « Comment cela va-t-il se faire ? », ose demander la Vierge au cours de ce dialogue. La vie dans l’Esprit n’est pas juste une obéissance servile. Un des fruits de l’Esprit saint, c’est de vaincre sa peur, d’oser poser des questions sur ce que l’on ne comprend pas. D’où l’importance de lieux d’Église où l’on peut se sentir écouté, accueilli avec ses interrogations.

A la Pentecôte, plus de 150 adultes de notre diocèse vont recevoir le sacrement de la Confirmation des mains de nôtre évêque, assisté de ses deux vicaires généraux. L’un d’eux, le père Emmanuel Gosset, nous parle de l’Esprit Saint.

Comment définiriez-vous le Saint-Esprit ?

La manière la plus simple serait de partir de l’épître aux Galates (chap.5, vers.22) qui décrit « le fruit de l’Esprit » : amour, paix, joie, patience, bonté, bienveillance, foi, douceur et maîtrise de soi. C’est un passage de l’Écriture qui pour moi a été très éclairant. Il m’a permis de comprendre que l’Esprit saint, c’est simple et accessible ! Tout baptisé peut en faire l’expérience pour peu qu’il soit attentif à cette présence en lui. « L’Esprit saint viendra sur toi », explique l’ange Gabriel à Marie.

Là où se trouve l’Esprit, le Christ se fait chair, grâce au consentement éclairé de celui ou celle qui le reçoit. « Comment cela va-t-il se faire ? », ose demander la Vierge au cours de ce dialogue. La vie dans l’Esprit n’est pas juste une obéissance servile. Un des fruits de l’Esprit saint, c’est de vaincre sa peur, d’oser poser des questions sur ce que l’on ne comprend pas. D’où l’importance de lieux d’Église où l’on peut se sentir écouté, accueilli avec ses interrogations.

Concrètement, comment se laisser transformer par l’Esprit ?

L’Esprit saint est une présence divine, sacrée, au cœur de chaque être humain. L’amour de Dieu nous est donné comme une « grâce » qui ne demande qu’à grandir en nous : « Je mettrai en vous un Esprit nouveau » (Ezéchiel, 36,26). Nous avons besoin de prendre conscience de cette étonnante intimité. La belle prière du Veni Sancte Spiritus (Viens Esprit saint) montre bien que plus on est tordu, plus on est dans les ténèbres, et plus on a besoin de l’Esprit saint. « Lave ce qui est souillé, guéris ce qui est blessé … » La vie dans l’Esprit n’est pas réservée aux gens bien, au contraire. « Viens Esprit saint ! » est la prière la plus simple qui soit. Ne nous lassons pas de l’appeler ! Prêtons aussi attention à notre vie intérieure. Quelles idées surgissent ? Avec toute la prudence qui s’impose et dans un discernement quotidien, regardons ce que nous portons en nous. A nous de savoir « juger » les situations et faire des choix en accueillant sa lumière, notamment à travers la lecture de l’Écriture et les conseils reçus.

C’est Lui qui nous apprend à devenir des disciples missionnaires ?

Dans le livre des Actes des Apôtres, l’Esprit saint s’est manifesté de manière « puissante » dans la vie des disciples pour qu’ils deviennent missionnaires ! Voilà pourquoi nous en avons tant besoin aujourd’hui, pour que nous retrouvions une plus grande liberté et une plus grande audace pour témoigner du Christ dans notre monde actuel… J’ai souvent en tête une belle image qui m’aide à comprendre ce qu’est l’Esprit saint, celle du souffle et de la parole. Lorsqu’on veut parler, on a besoin de son souffle. Sans le souffle, les paroles restent muettes. Le Christ est la parole, le Verbe. Son Esprit saint est le souffle qui nous permet de Le dire. Rencontrer le Ressuscité sans recevoir l’Esprit saint, c’est voué à l’échec. Jusqu’à la Pentecôte, les apôtres étaient tenaillés par la peur. Ce n’est qu’après avoir reçu l’Esprit qu’ils sont capables d’annoncer le Christ et d’être ses témoins; c’est donc bien l’Esprit de Pentecôte qui préside à la fondation et à la croissance d’une Église missionnaire.

Propos recueillis par Raphaëlle Villemain

12 mai 2016  //  Par :   //  L'Esprit saint  //  Pas de commentaire   //   785 Vues

Laissez un commentaire