Message de Mgr Jacques Benoit-Gonnin lu lors de la messe pour le père Jacques Hamel

Message lu par le Père Emmanuel Gosset le 31 juillet 2016 lors de la messe à la Cathédrale de Beauvais

« Mesdames, Messieurs,
Chers frères en Jésus-Christ,

Depuis Cracovie où se sont achevées les Journées Mondiales de la Jeunesse, avec plus de 1,5 millions de personnes, et où j’accompagnais un groupe de 260 jeunes, je vous adresse ce message, et d’abord mes salutations.

Vous avez bien voulu vous rassembler avec des membres de la communauté catholique, suite à l’assassinat du P. Jacques Hamel, à St Etienne du Rouvray, pour exprimer votre refus d’actes barbares qui affectent profondément les chrétiens visés dans cet acte, mais aussi tous nos concitoyens. Vous voulez également exprimer votre solidarité avec ces fidèles de l’Eglise catholique qui reçoivent de leur Seigneur, Jésus le Christ, mission d’être signes de son amour pour tous les hommes, artisans de paix, et serviteurs de la dignité de tout être humain. Je vous en remercie vivement.

C’est un choc profond pour beaucoup de nos concitoyens, quelles que soient leurs croyances, de constater que, sur notre territoire national, une atteinte à la vie des personnes dans l’exercice même de leur foi -comme prêtre et comme fidèles laïcs- a été perpétrée. Nous avons déjà connus bien des horreurs. Elles avaient frappé des hommes et des femmes jeunes ou moins jeunes, en raison de leur travail ou de leur mission, ou simplement comme membres d’une société dont les libertés ne sont ni comprises ni respectées. L’assassinat du P. Hamel franchit un nouveau cap : il touche à la liberté de croire ou non, et de pratiquer. C’est un choc pour les fidèles catholiques que leurs responsables, l’évêque de Rome singulièrement, encouragent à la rencontre, au dialogue, à la relation qui lèvent les peurs et construisent un avenir respectueux de tous et pour tous.

Je ne doute pas que les autorités de l’Etat et des collectivités publiques continueront à mettre en œuvre les moyens de lutter contre le fléau terroriste, dans les formes nouvelles auxquelles il recourt. Quelles en reçoivent ici, l’expression de ma gratitude et de mon soutien.

Ne nous cachons néanmoins pas, que les mesures prises ou qui le seront, ne permettront pas de garantir totalement la sécurité de tous et partout, face à l’irrationalité et la négation de l’être humain et de sa dignité, à l’œuvre dans les actes terroristes. Chacun saura prendre ses responsabilités et adopter les comportements opportuns, sans tomber dans les psychoses suscitées par la peur, les fermetures et les violences qui font le jeu des terroristes et n’apportent souvent que des solutions illusoires.

Comme chrétiens, nous voulons d’abord regarder Jésus, l’exemple qu’il nous a donné, le message d’amour et la mission qu’il nous confiés. Nous lui demandons le désir, la force et l’audace d’inventer des chemins de rencontre, de dialogue, de transformation et d’action qui aideront à relever les défis multiples de notre société multiculturelle et multireligieuse, où l’unité demeure essentielle, sans pouvoir être recherchée ni trouvée dans une homogénéité inaccessible, voire inhumaine.

Avec celles et ceux qui le voudront, nous continuerons à demander au Dieu de miséricorde de nous inspirer confiance en l’avenir, courage, et persévérance pour œuvrer à une société où tous ses membres puissent vivre et travailler à un avenir plus humain et fraternel.

En redisant mon espérance et ma détermination, je vous redis ma gratitude et vous assure de ma prière, pour vous-mêmes, les missions qui sont les vôtres, et celles et ceux qui vous sont chères.

+ Jacques Benoit-Gonnin,
évêque de Beauvais, Noyon et Senlis, (pour l’Oise) »

3 août 2016  //  Par :   //  Diocèse, Mgr BENOIT GONNIN, Place de l'Église  //  Pas de commentaire   //   550 Vues

Laissez un commentaire