Œcuménisme – Le mot de la foi

La semaine de prière pour l’unité des chrétiens est née en 1908. En 1935, l’abbé Couturier, un prêtre lyonnais, contribua à ce qu’elle devienne un temps de prière de tous les chrétiens pour « l’unité que le Christ veut par les moyens qu’il veut ». Cette semaine s’inscrit dans le mouvement œcuménique qui est né au XXème siècle. Les chrétiens de toutes confessions ne peuvent pas rester indifférents au manque d’unité entre eux, car c’est un contre témoignage pour l’évangélisation. Jésus priait ainsi : « Père, qu’ils soient un comme nous sommes un ». Vivre l’œcuménisme, c’est vouloir avancer pas à pas vers une unité que le Seigneur donne lui-même par son Esprit. Quand des chrétiens différents s’associent au service de la paix et du respect de la création, dialoguent en vérité sur des questions théologiques qui font débat, multiplient les rencontres de prière et de fraternité, ils ouvrent des chemins au service de cette unité désirée.

« Au Concile Vatican II, l’Eglise catholique s’est engagée de manière irréversible à prendre la voie de la recherche œcuménique, se mettant ainsi à l’écoute de l’Esprit du Seigneur qui apprend à lire attentivement les « signes des temps ». Les expériences qu’elle a vécues au cours de ces années et qu’elle continue à vivre l’éclairent plus profondément encore sur son identité et sur sa mission dans l’histoire. L’Eglise catholique reconnaît et confesse les faiblesses de ses fils, consciente que leurs péchés constituent autant de trahisons et d’obstacles à la réalisation du dessein du Sauveur. Se sentant appelée constamment au renouveau évangélique, elle ne cesse donc pas de faire pénitence. En même temps, cependant, elle reconnaît et elle exalte encore plus la puissance du Seigneur qui, l’ayant comblée du don de la sainteté, l’attire et la conforme à sa Passion et à sa Résurrection.

Instruite par les multiples événements de son histoire, l’Eglise a le devoir de se libérer de tout soutien seulement humain, pour vivre en profondeur la loi évangélique des Béatitudes. Ayant conscience que « la vérité ne s’impose pas autrement que par la force de la vérité elle-même qui pénètre l’esprit avec douceur en même temps qu’avec puissance », elle ne demande rien pour elle-même, si ce n’est la liberté d’annoncer l’Evangile. Son autorité, en effet, s’exerce au service de la vérité et de la charité.» (Jean-Paul II, Lettre encyclique sur l’œcuménisme « Qu’ils soient un », 2-5-95, n°3 et 4)

 

Nous exprimons notre sincère et ferme intention, dans l’obéissance à la volonté de Notre Seigneur Jésus Christ, d’intensifier nos efforts pour la promotion de la pleine unité entre tous les chrétiens et surtout entre catholiques et orthodoxes. Nous voulons de plus, soutenir le dialogue théologique promu par la Commission mixte internationale, qui, instituée il y a exactement 35 ans par le Patriarche œcuménique Dimitrios et par le Pape Jean-Paul II, ici, au Phanar, traite actuellement les questions plus difficiles qui ont marqué l’histoire de nos divisions et qui demandent une étude attentive et approfondie. Dans ce but, nous assurons de notre prière fervente comme Pasteurs de l’Église, demandant aux fidèles de s’unir à nous dans l’invocation commune que « tous soient un… afin que le monde croie » (Jn 17, 21).

 

14 janvier 2015  //  Par :   //  Les mots de la Foi  //  Pas de commentaire   //   1128 Vues

Laissez un commentaire