Sur la route de Compostelle

Nous avons parcouru ensemble à pieds en mai/juin 2009, les 1580 km qui relient Le Puy à Compostelle. 75 jours de marche à raison d’uneSur la route de Compostelle vingtaine de kilomètres par jours. Sur le Chemin, nous ne sommes plus encombrés par les objets qui nous donnaient l’illusion de nous combler. Nous ne sommes plus affairés, pressés par un agenda trop plein. Notre cerveau est libéré et permet à notre cœur profond de surgir, de s’émerveiller. Mais en même temps, nous devenons vulnérables, nous touchons nos limites physiques. Dans cet état de fragilité tout prend une saveur nouvelle. Des petits riens peuvent nous mettre en joie. Nous retrouvons la naïveté de l’enfant cachés en nous. Nous avons vécu sur le Chemin des coïncidences inattendues et porteuses d’un sens : des synchronicités improbables. Par exemple, une rencontre providentielle juste au bon endroit, un arc-en-ciel au moment d’un doute, une statue de Marie enceinte juste après le coup de fil de notre fille qui s’inquiète pour sa grossesse. La providence se manifeste sur le Chemin par des événements providentiels, porteurs de sens. Cela fait jaillir du fond de notre être une joie étonnante, comme surnaturelle, qui nous procure une grande paix intérieure. Cette plénitude, cette joie profonde, continuent à nous habiter après le Chemin. La sagesse est d’arriver à continuer à percevoir ces moments privilégiés qui nous font goûter à une atmosphère d’éternité. Vivre cette aventure à deux nous a beaucoup rapproché l’un de l’autre. Ce fut un réel deuxième voyage de noces.

Dominique et Gilles Le Cardinal

Extrait du livre : « Saint-Jacques…un chemin à deux voix » 10€ + 3€ de port

Edité à compte d’auteur à commander à dominique.lecardinal@free.fr

——-

Découvrez les propositions du service diocésain des pèlerinages

 

20 juin 2014  //  Par :   //  Le Pèlerinage  //  Pas de commentaire   //   1553 Vues

Laissez un commentaire